Rechercher
  • carolinecouronne

Qui ose encore faire du business en Russie?

La toute première page de Nadune interpelle tout particulièrement lorsque l'on connait le contexte actuel. Comment expliquer que ce personnage, porteur d'un message de paix et d'espoir, mais aussi, d'une exigence de soi, me soit apparu dès mes premiers mois en Russie? Avais-je pressenti l'horreur? La violence possible? Certainement. Ce qui est sur, c'est que je soutiens sans équivoque le retrait de toutes les grandes marques occidentales de ce pays, en conformité avec les Guidelines de l'OCDE, et du Devoir de Vigilance qui exige de la part des entreprises de s'assurer de ne pas contribuer financièrement à la guerre, et/ou aux pires maltraitances humaines.


Yalta 2005, Crimée


Ainsi, les efforts d'investigations RSE, portés par la société Alliance BDM et l'ensemble de ses partenaires Européens, sont mis aux service des entreprises pour renforcer les activités de due diligence, et d'investigations, afin de continuer à développer une stratégie d'Intelligence Positive™ conforme à un effort de paix.


Egalement j'invite toutes les personnes impliquées dans du coaching, du développement personnel, de l'accompagnement de dirigeant, et au sens le plus large possible de l'aide à Devenir Soi™, de faire en sorte que chacun d'entre nous, trouve le nécessaire courage, l'énergie, l'intuition, la force, de nous libérer de nos carcans quotidiens, de nos habitudes et de nos freins, pour mettre à disposition notre talent individuel, notre métier, notre énergie, notre unicité au service d'un effort collectif de paix. Si chacun d'entre nous se sent concerné, et décide d'agir à sa manière, à son niveau, en remettant en question son propre confort, nous avons une chance de faire en sorte que la France, et l'Europe toute entière, prépare un monde d'après, plus juste, défait de nos addictions à l'énergie fossile, et aux matières premières extraites de tous ces pays, pour lesquels nous faisons tant de compromissions morales.



Extrait de Nadune, Premières pages. "Je me souviens très clairement du profond désespoir m’ayant assailli, à onze ans, lorsque j’ai pris conscience de l’abominable sort réservé aux Indiens d’Amérique, décimés, et de l’impossibilité de revoir ces êtres magnifiques, sauvages et libres. J’étais petit et faible, mais je rêvais déjà, dans ce monde, de me forger une place de guerrier de la paix. Puis, je me suis endormi. Longtemps. Comme beaucoup d’entre nous. La vie s’est chargée de me réveiller sans douceur ! Il y a exactement une quinzaine d’années, tandis que je me trouvais au fond de la Russie, près de Ekaterinbourg, à l’Est de l’Oural, pour des raisons qu’un bon thérapeute identifierait certainement en diagnostiquant au minimum une dépression grave, et certainement un enclin aggravé à la mythomanie, le personnage de « Nadune » m’est apparu sans crier gare. Je me souviens parfaitement de ce moment : j’étais assis, face à un homme, d’origine Russe, un client, particulièrement généreux et propriétaire de plusieurs mines de charbon, également un vigoureux chasseur d’ours. Nous sortions du banya, sorte de sauna terrifiant, plus de soixante-dix degrés Celsius, nous venions d’être fouettés par un « bancik »[1] et ses branches d’eucalyptus pour favoriser la circulation sanguine, de plonger dans une eau à moins vingt degrés, pour retourner transpirer quelques minutes supplémentaires. Il m’avait ensuite convié à un diner, dans un restaurant lui appartenant, nous étions entourés de ses gardes du corps, et entre l’entrée et le plat de résistance, j’ai tout à coup été pris d’un sentiment d’angoisse colossale ! Impossible de respirer, mes joues qui chauffaient, mes prunelles qui s’embrumaient : j’ai réalisé qu’il aurait pu me tuer, et me découper en morceaux, sans que personne ne sache que j’avais même été à cet endroit. Et là, sur un flash éblouissant, dans mon esprit, j’ai vécu une sortie de corps. Je me suis vu m’élever au-dessus de cette scène, et entendre une petite voix tempêter : « que fais-tu ici ! Tu perds ton temps !En plus tu discutailles avec un gaillard dont le passe-temps est d’exécuter des ours sauvages, de bousiller la nature. Moi ! Ecoute moi ! J’ai besoin de toi !"


6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout